Opération "Shabbat Shalom"

Publié le par tipeda

Le week end avait commencé par l'arnaque d'un chauffeur de taxi qui m'avait laissée sur le trottoir avec la furieuse envie d'émasculer tous les conducteurs de voiture jaune de Bethléem, musulmans et chrétiens mélangés.

 

Ruminant ma rogne, j'étais arrivée à la maison où, en parfait homme de maison, ma tendre moitié m'attendait, le petit doigt sur la couture du jean, les sacs à dos prêts à ses pieds.

 

Nous n'avions plus qu'à attendre que notre petit bout revienne de son cours d'arabe, et en route pour Jerusalem la blanche.

 

Notre objectif de week end : rencontrer les juifs, le peuple d'Israël. Week end concocté par Stéphane, Nathalie, et Astrid, jeunes sympathiques et dynamiques volontaires de la DCC en terre sainte.

 

Le programme du week end aurait rempli sans problème une semaine. Très, très dense donc.

 

Il était question de comprendre la tradition du Shabbat, de faire le lien avec la chrétienté, de comprendre le pourquoi du comment, et de se retrouver aussi avec des gens qui, au fil de cette année, sont devenus des amis. 5 conférences, une visite de musée, une participation à la prière de Shabbat, un repas dans une famille juive, les retrouvailles autour d'un narguilé, la messe du dimanche matin. Ouf.

 

Histoire de rajouter une couche à ce qui se présentait comme un week end dense en émotion, j'avais contacté par mail dans la semaine, un vieux monsieur, Hadj Ibrahim.

 

Pour mettre sa pierre au besoin intense de paix qu'il y a sur ce bout de planète, il a ouvert sa maison natale à Jérusalem-Est à  tous les visiteurs de Terre Sainte. Nous étions donc attendus dans cette communauté ouverte dont je vous parlerai dans un autre article.

 

Jerusalem-Ouest : Juif, Jerusalem-Est : Arabe, avec au milieu la Vieille Ville.

Pas de check point entre tout ça, va savoir pourquoi. Quoi que, un check point psychologique dans la tête des gens oui.

 

Les conférences étaient vraiment intéressantes. Les unes plus orientées vers la religion, les autres vers leurs histoires, et pour finir le week end, une rencontre magnifique : celle avec Soeur Monica, à l'hôpital français de Jeru. Son credo pour pouvoir soigner et faire travailler, des juifs, des musulmans, des chrétiens : on ne parle pas de religion ni de politique dans cet hôpital. Mais dans son discours, tant d'humanité, tant de passion pour son travail...

 

L'un des premiers services de soin palliatif d'Israel, Monica nous a parlé de ce travail quotidien avec la mort, avec tellement de vie, que plusieurs d'entre nous avaient les larmes aux yeux en l'écoutant.

 

Une autre belle rencontre : celle de Nina, rabbin. Bon alors déjà, moi, je croyais que les rabbins, c'était que des mâles. Oui, chez les orthodoxes, mais non chez les traditionnels et libéraux. Il y a trois grands courants : orthodoxes (ou pingouins), traditionnels et libéraux. Bon, évidemment, sa juivité, on la porte en soi, mais c'était bien de comprendre que tous les chapeaux bizarres qu'on rencontre à Jéru, ne sont pas les seuls représentants de cette confession. Il y en a d'autres plus ouverts un peu quand même. Comment dire : des débuts du sionisme (mouvement de gauche) à maintenant (gouvernement d'extrême droite), les juifs orthodoxes ont toujours eu une une grande voix au chapitre.

 

Mais Nina n'était pas orthodoxe. Pas pu la prendre en photo : c'était pas casher. Mais grosse émotion pendant la prière. Et au fait, un rabbin, c'est pas comme un prêtre. Un rabbin s'occupe plus d'affaire publique qu'un prêtre. Il ne s'occupe pas de la liturgie mais plutôt de voir si tout est bien casher partout. Ce que je trouve moyen en fait. Mais bon.C'est assez bizarre cette histoire de casher, pas casher.Va falloir creuser

 

Nina, elle, s'occupait d'accompagnement des malades en fin de vie à l'hôpital Saint Louis, et aussi d'enseignement du Talmud le matin. Elle est très chouette.

 

SAM_1655.JPG  SAM_1652-copie-1.JPG

 

Notre groupe avant d'aller à la synagogue. On est un peu stress parce qu'on se demande si on va aller à l'office avec cet orthodoxe, mais non, en fait, on n'existe pas pour eux, c'est cool !

 

 Après cet office qui dure quand même deux bonnes heures, et qu'Olier a suivi stoiquement avec sa tite kippa sur la tête, nous nous sommes dirigés vers la maison de nos hôtes, dans le quartier de Tapiot, tout décoré de drapeaux bleu et blanc, en commémoration de la création d'Israël, le 11 mai 1948.

 

Le sentiment national est fort ici, c'est le moins qu'on puisse dire : 

 

SAM_1656.JPG

 

J'avoue, j'avoue, j'avais peur. J'avais peur de sentir une gêne chez nos hôtes, quand on leur dirait qu'on habitait à Bethléem. Les collègues de Cisjordanie avaient la même appréhension. On ressent les mêmes choses quand on est volontaire en Cisjordanie plutôt qu'en Israël.

 

Jean et Mariane sont deux français qui ont fait leur Alaya (installation en Israël) il y a trente ans. ils sont docteur et psychologue. Ils ont cinq enfants. Ils nous ont accueilli très simplement et chaleureusement. C'était un plaisir d'être avec eux.

 

Ils vivent ici sans état d'âme.  Ils regrettent de ne plus pouvoir aller à Bethléem mais ils ne le reprochent pas à leur gouvernement qui a imposé ça (security reasons vous vous souvenez ?) mais plutôt aux arabes (musulmans et chrétiens confondus) qui les reconnaissent, même sans kippa et qui ne les aiment pas. Ils aimeraient que l'économie fasse venir la paix. Enfin, le repas était chouette quand même. On parlait un peu shabbat, un peu  problème politique en Israël. Il y aurait pu y avoir de la friction, mais chacun a faitun effort pour accepter l'autre, et j'espère qu'ils deviendront des amis.

 

De toutes façons, si ce n'était pas les religions, ce serait la longueur du petit doigt ou du lobe de l'oreille qui feraient se battre les hommes.

 

Et puis, ce Jésus, quel emmerdeur alors ! l'aurait pas pu la fermer celui là et rester dans sa tombe ?

 

Les juifs en veulent aux chrétiens de les avoir pogromisés depuis des siècles et, paf, ils se vengent sur les arabes.

 

Le gros problème des juifs est venu au fil des siècles dans le monde chrétien. Et là, maintenant avec le sionisme qui est né en Europe avec la monté des nationalismes qui excluaient les juifs le problème continue. Alors qu'ils vivaient en paix et qu'ils ont parlé arabe pendant plus de 1000 ans, même si c'était une minorité. C'était une minorité acceptée ici. En tout cas, il y avait intercompréhension par rapport à la langue. Maintenant, les juifs parlent hébreux et puis la langue de leur pays d'origine, mais le yiddish, le ladino, tout ça, c'est c'hallas maintenant.

 

Bon, on va arrêter de parler de politique et de religion parce que ça ne fait pas avancer le shmilblick.

 

J'ai compris ce week end, que le peuple juif est un peuple qui souffre encore, malgré la création d'un état. Et un peuple qui souffre ne devient pas plus conscient. Malheureusement. Il souffre, c'est tout. Et les Palestiniens souffrent aussi et donc, loin de devenir plus conscients, ils souffrent. Et tout ce monde se fait bien manipuler par ses dirigeants respectifs.

 

"Donnez leur du foot, de la bière et des femmes !" crie Homer Simpson.

 

Le jour se lève pendant que j'écris ces lignes. Je voudrais partager avec vous l'aube de ce 9 mai, ouaih ! j'ai 50 ans ! et là tous les youyous et les oy oy s'élèvent dans l'air doux du matin. Ah oui, et je voudrais aussi partager avec vous l'odeur des citronniers en fleurs. Ppppffpfpfpfp plus dur à partager ça.

 

SAM_1714.JPG

 

Bref, en revenant de cette journée pleine d'émotion, j'étais plus que crevée. Et en route pour notre maison d'accueil "Beit Ibrahim" je me suis foulé la cheville. Obigée de rester sans courir quelque temps. C'est bien au final.

 

J'ai cherché sur youtube des trucs en hébreu pour que vous entendiez un peu le son de cette langue :

 

Ici une super voix et un clip qui finit en espoir :

 

http://youtu.be/EhUAWf6jlek

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
<br /> kompren a ran breman petra a zo c'hoarvezet gant da ufern....ret eo dit mont gouestadig neuze breman...:)<br /> dedennus kenan, ur wech c'hoazh ar pennad....pebezh bed...<br /> kenavo<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Moi je dis :<br /> " taiiiik... taiiiiik... taiiik..."<br /> <br /> <br />
Répondre
G
<br /> Joyeux anniversaire ma mammig ! Très joli post pour l'occasion. Bonjour à toute la famille ! Et puis ben pour le reste t'as reçu mon mail. Pokoù et bonjour à toute la famille !<br /> <br /> <br />
Répondre
B
<br /> Israel n'a rien à voir avec les twin-towers ni le nouveau one-world-trade-center http://alouestou.wordpress.com/2011/04/14/ooh-oh-im-an-alien/sc_img_6642/<br /> , donc ne perdez pas votre temps à regarder la vidéo "missing links" tissu de délires conspirationistes.<br /> A part celà 1,5 fois l'âge du Christ ça se fête, bon anniveraire.<br /> Bernard<br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> Eh! Bon anniversaire Elen!! j'espère que notre carte ne sera pas interrogée trop longtemps à la frontière, voir déminée, mais il y a que un petit message d'amitié...pour tes 50 ans!! on ne<br /> désespère pas de faire la teuf à Ploug city pour les deux Cariou cinquantenaires, hein!<br /> Milles bises, Odile, Ilan et Maïna<br /> <br /> <br />
Répondre