mon quotidien

Publié le par tipeda.over-blog.com

IMG_0237.JPG

Je suis réveillée tous les matins par le muezzin qui vocalise vers les 4 5 heures du matin. De toutes façons ici c'est grand soleil à cinq heures. Et il ne fait pas trop chaud donc, je me lève. Je me prépare et  zou je prends mon cartable avec mon sandwich au zatar et au "libanon"  (genre de fromage blanc maison) fait par mon hotesse préférée et je pars pour l'école. Mary "Have a nice day habibi". Habibi ça veut dire miel je crois, c'est un petit mot gentil. Avec l'accent ça fait plutôt habibti. Enfin, c'est agréable à entendre. Il est 7 heures.

 

Le pain ici c'est du pain pita. Tout le monde se promène avec son sac de pains le matin. C'est vraiment la nourriture de base. On l'ouvre, on fourre dedans tous les restes du frigo, un peu de yaourt par dessus et c'est super bon.

 

Pour arriver à mon école, je quitte la rue de l'étoile pour aller vers la rue des frères salaisiens et ensuite je tourne rue Jean Paul II. Ensuite j'arrive dans le quartier plus musulman, donc les noms, j'ai encore du mal à les prononcer.

 

J'arrive au souk que je traverse d'un pas allègre, en croisant des ... musulmans. J'ai vraiment l'air d'une touriste ici. Assises sur le bord de la rue, des vieilles femmes en costume traditionnel palestinien vendent des tomates, des raisins, des herbes (sauge, menthe, thym) des petites aubergines roses, des grenades, des figues, des tas de légumes et de fruits délicieux. Je croise les élèves qui vont eux aussi à l'école. En uniforme. Ici, la majorité des écoles sont catholiques. Ma petite classe est elle même hébergée à l'école des frères de la Salle. 800 gamins du cp au bac qui ont pour toute cour de récré et de sport un terrain de basket et un terrain de foot, situés... à côté de ma classe de ... 8 élèves. Arg, comme les carreaux des portes sont cassés et que les fenêtres ne ferment pas, j'ai un peu de mal à cause du bruit. Mais après 1 mois de ce traitement, je peux le dire : on s'y habitue.

 

Avant d'arriver à l'école je passe à côté d'un poulailler installé sur le toit d'une maison. Ici c'est traditionnel : le toit est habité. Le coq fait son fier et les poules picorent. C'est rigolo. Ensuite je passe à côté d'un jasmin qui embaume, c'est impressionnant. Une fleur parfume toute une pièce.

 

J'arrive à l'école. Le portier me dit bonjour, je lui répond "sabac'hel c'her" qui veut dire "bonjour" en arabe. J'ai déjà trois cours d'arabe dans les pattes et je vous le dis, ça n'a pas l'air très compliqué en fait. Non, je rigole. Déjà le verbe être n'existe pas. Comme ça on n'est pas embêté. Ensuite, ya le ton. Faut mettre de l'emphase et t'y arrive. Si si. C'est très accentué comme langue.

 

Mais dans ma classe je ne parle que ... français. Et oui, le breton m'échappe encore très souvent. C'était très déstabilisant de parler français en classe au début. Je me sentais ... bête. Mais on s'y fait aussi. Mes élèves à part une, n'ont pas de parents francophones. D'ailleurs, le français, il n'y a que les vieux qui le parlent (et encore....). Ici, c'est anglais ou arabe ou les deux, mais pas de français. Alors, j'apporte ça. Du bon français, du lourd, du coopératif, du démocrate, du français de la république des droits de l'homme. Bon. C'est, comment dire, déstabilisant aussi. Et pour mettre un mot sur le cahier de liaison, ben, c'est en anglais. Et ma réunion de parents, ben, je vais la faire en anglais... Arg.

 

Donc, j'arrive à 7.20, les élèves commencent à arriver à 7.30. A 7.40 on a droit au salut au drapeau (palestinien) + chant national au haut parleur et à 8.00 je commence la classe. A 14 heures, je lâche les fauves. On mange un sandwich en classe vers midi.

 

Et je fais ça 5 jours par semaine. Arg. La pause du mercredi me manque.

 

Les lundis et mercredis soirs, j'ai 1.30 d'arabe avec Ustaz Moin Halloun. C'est une méthode qui arrache. On parle beaucoup. C'est pas du oulpan mais tout comme. J'y ai rencontré une soeur très chouette qui s'appelle Jonseong et qui est coréenne. Elle est petite soeur de Jésus et elle est très ... dépaysée aussi. Elle parle français. C'est bien. On fait la route ensemble pour rentrer chez nous.

 

Parfois le soir en rentrant de mon cours d'arabe, j'entends le bagad de Palestine qui s'entraîne dans une cour, un lieu magique du vieux Bethléem. C'est, comment dire oui, heu... magique.

 

J'ai une vie très interne, très scolaire, très simple, très solitaire.

 

Ce qui m'a choqué au début de mon arrivée, c'est le bruit. Les gens klaxonnent facilement, les gamins (très nombreux) courrent jusqu'à pas d'heure dehors, ça s'interpelle, ça parle. C'est très très vivant. C'est po comme ça cheux nous.

 

Ensuite, la chaleur. Pou, cette chaleur ! le soir je prenais la douche froide et l'eau tombait chaude de mon corps ! Maintenant, il fait un peu moins chaud, comment dire, vers les 27° mais, il a plu cette semaine. Oui ! deux grosses averses, vite séchées, mais maintenant c'est chaud humide. Pou !  t'es collante dès 8 heures du matin. Les enfants sont arrivés dans la classe en hurlant "l'eau tombe !". Coco !

 

Ensuite la gentillesse des gens. On peut dire que c'est intéressé, qu'ils veulent notre argent. Mais là si tu te dis ça, c'est que t'es vraiment parano. En fait, les gens, ils sont accueillants, c'est dans leur culture. Ils te paient un café peinard. You are welcome. C'est chouette. C'est vraiment bien. Je me souviens quand je suis arrivée ici et que je me suis retrouvée dans ma salle de classe.... vide et que je me disais, eh merde, c'est comme à Diwan, va falloir aller chercher des tables et des chaisesà droite à gauche, sans compter les gommes et les crayons... Et là je vois Michel le portier, tout sourire, qui m'apporte un café turc sucré juste ce qu'il faut avec un chouia de cardamone, une bouteille d'eau. You are welcome...

 

Ensuite, les chats. Plutôt dans le genre égyptien les chats, mais j'ai pas encore réussi à en toucher un. Sauvages comme pas deux. Y doivent les bouffer ou s'en servir comme cible d'entraînement ou quoi ?

 

Ah, les yaourts. Ici, ils s'achètent par litre. Et c'est bien. Par contre ya pas le tri des déchets ici. Ah et puis, j'ai tenté le chewing gum qui colle aux dents quand tu le mâches. Oui, ça existe, il était sur mes dents. Super. Et puis quand j'ai envie de me poser, je vais place de la mangeoire, au Square, un café chicos et je prends un fresh limon. MMMMMmmmhhhh du citron, de la menthe et de la glace tout mixé.

 

Les gens ici, sont ou chrétiens ou musulmans. T'as pas vraiment d'autre choix. Les chrétiens s'appellent Georges, Daniel, des prénoms comme les nôtres. C'est drôle. La messe ici, c'est tout en arabe et c'est drôle aussi. Et puis comme les musulmans affichent très fort leur religion, ben les chrétiens catholiques font pareils. Dans les voitures, les magasins, on voit des grands crucifix c'est drôle. Et les enfants ont des oh, j'oublie toujours ce mot, des colliers pour prier vous voyez, autour du cou pour aller à l'école.

 

Ici, on peut penser qu'on n'est pas en prison. Qu'on est dans un pays libre.

C'est quand on s'éloigne un peu que c'est dur.

 

Et pourtant, désespérer ne sert à rien. Je vais vous faire un point sur mes lectures la prochaine fois.

 

la photo là, c'est quand je vais à l'école, je suivais 2 copines qui allaient au lycée, l'une voilée, l'autre pas. Ici c'est naturel. Mais beaucoup de musulmans ne sont pas voilés aussi.

 

Et puis à droite, c'est aussi en allant à l'école, sur la route du marché. C'est pas très beau mais c'est mon quotidien.

 

IMG_0163.JPG

 

IMG 0237

Publié dans divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> merci Hélène de nous faire partager un peu de ton incroyable immersion à Béthléem... continu à nous intéresser comme ça... une grande pensée pour toi...<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Je ne me suis jamais autant intéressée à la Palestine... Super de lire ton témoignage ! Cela me donne envie d'y faire un saut...<br /> Ken bremaïk<br /> Soaz<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> cool ce post.<br /> On imagine mieux et ca donne plus envie de venir.<br /> C est pas plus moche que brest sur les photos.<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Les mots me manquent...Continue à raconter ta vie là bas, ça m'intéresse beaucoup!<br /> Vivement qu'on se retrouve. Ne t'inquiète pas je ne serais pas un poids pour toi (enfin, j'essaierais), je m'occuperai d'Olier si toi et papa voulez rester seuls.<br /> Bisoux<br /> <br /> <br />
Répondre
O
<br /> Ben voila! tu vas exporter le tri sélectif!! un projet pour l'école non??? Merci pour les tranches de vie, et je reconnais bien là ta manière de parler! ça passe à l'écrit dis donc!!<br /> Bises ,Odile qui a vu ton jules à la manif aujourd'hui<br /> <br /> <br />
Répondre